ban
  Accueil   Accueil  | Contact   Contact  |     |  
Menu général :
   
Espace Membre :
 
Privé Masquer le formulaire de connexion
 
Dri'Book
 







 
Flux RSS
 

S’abonner au flux RSS
S’abonner au flux RSS

 
Cocktails :
   
Citations :
  Il y avait trois principaux
dieux dans l'Egypte
ancienne : Osiris, Anubis et
Chuck Norris.

Anonyme


Citations...

 
Jeux & Anim's
 

puce
Dricard 4


Voir plus...
 
 
Maryse [250 lectures] 
 
  Partager 

31/01/2013 17:52 par Ψdricard 
images/rubriques/nouvelles.png
Hier, j'ai eu un rendez-vous pôle-emploi, dans l’amphithéâtre de Laval.

Cette assignation m'a été transmise la veille par le biais du téléphone, à dire vrai un automate qui m'a appelé à huit heure précise (la journée appartient à ceux qui se lève tôt!), le message étant de rappeler l'agence afin de se faire inscrire pour la présentation du métier de coffreur, certainement dans le but d'avoir quelques chiffres à ajouter lors des statistiques dont notre ministère est si friand.

Ce fameux groupe de travaux public qui compte dans les 70000 collaborateurs autour de cinq métiers: Concessions et Partenariat-Public-Privé, Construction, Travaux Publics, Énergie et Métal.

La corporation de renommée mondiale est représenté par «Maryse» (en plus de sont vrai prénom, elle me rappel cet ustensile de cuisine qui sert à racler le fond des gamelles pour ne rien perdre).

Maryse a donc pour objectif de trouver la main d’œuvre suffisante et motivée à la réalisation de ce chantier déclarée d'utilité publique et qui compte quelque 200 ouvrages d'art,,, et ce dans le respect d'un cahier des charges bien bouclé d'après la vidéos du déroulement théorique du projet.

Maryse s'est occupée de raccompagner quelques retardataires... «Chez nous pas de retard possible, nous avons des engagements et nous y-tenons» (toujours ce soucis de rentabilité similaire à cet accessoire culinaire !)

On a pu également voir un jeune homme et son neurone qui vraisemblablement étaient égarés, ce dernier cherchait la journée de «la pelle» à croire sont énoncé, rien d'anormal pour des embauches dans le TP, puis, à voir l’entête de sa convocation, on distinguait le logo de l'armée, j'ai tout de suite repris dans mes pensées: anciennement appelée «journée d'appel de préparation à la défense » que l'on nomme maintenant une journée défense et citoyenneté! Bref, ce dernier s'est vu en retard à sa convocation je suppose et nous a amusé l'espace d'un instant.

Mais cela n'a pas duré longtemps, la despote qui vantait les mérites de son cartel et leur savoir-faire, se fichait pas mal de nos compétences, candidats avec expériences dans ce domaine, ou pas, le consortium «offre» une formation interne, enfin quand je dis offre, c'est plutôt de la région et des collectivités dont il s'agit!

Les postes à pourvoir de coffreurs sont semble-t-il illimités, d'après le beau discours de , «du boulot, il y en a» pour nous motiver dans la perspective de carrière, Maryse le tyran nous fait visionner les divers films de propagande de cette merveilleuse entreprise et du poste à pourvoir, elle termine la démonstration en projetant un film sur les divers édifices réalisés. La vidéo se termine avec un Trombinoscope des compagnons qui ont réalisé l'ouvrage lors de l’inauguration du grand stade de Lille, l'ultime photo que nous avons vu était celle de notre maquignon, son narcissisme était de trop.

Après cette réunion collective, cette «lécheuse de cul de poule» nous convoquait un à un, en l'occurrence elle n'a rien lécher... bien au contraire, je commence à développer mon curriculum vitae en expliquant les changements de caps et ma formation dont je suis sorti il y a peu, elle me rétorque d'un air sardonique «ah, vous êtes ce genre d'individus qui ne vivent que de formations», j'ai bien commencé à lui faire comprendre l’intérêt que je porte au métier concerné, en appuyant sur le fait d’être d'autant plus compétant lorsqu'on à d'avantages de connaissances, puis j'ai lu dans son regard indifférent qu'elle s'amusait juste à me tester, j'ai pensé à lui mettre une baffe, puis la raison m'a dit : « courbe-toi, implore lui de te donner du travail», il n'en est rien je préfère garder un semblant de dignité ainsi que ma carte de chômeur, plutôt que de cautionner l'attitude de cette négrière, c'est d'un air blasé que j'ai tourné les talons, je me suis évadé de cet entretien en me disant : «  je vais peut être écrire, au fond je ne perdrais peut être pas d'avantage de temps... et au moins, je pourrais me défouler sans avoir ni collègues ni patron. »
 
 
 
 
 
 
News précédente 
News suivante

 
 
Poster un commentaire
 
 
Activé   Désactivé


Prévisualisation du message:  
Code de securité

 

 


 
Les connectés : (0 membre - 1 visiteur - 28 visites aujourd’hui) ♦ 118 634 visiteurs depuis le 17/02/2010